Home Tests Hardware Test Nehalem: Bloomfield i7-920 et 965

03

Nov

2008

Test Nehalem: Bloomfield i7-920 et 965

Écrit par Julien Arrachart   
Hits
Nous voilà enfin arrivés à la date fatidique tant attendue par le plus grand nombre d'entre vous.
6 heures du matin, en ce lundi 3 novembre, c'est bien sûr l'annonce officielle du Nehalem, et plus précisément du Bloomfield par Intel. Cette nouvelle architecture, est-elle convaincante en terme de performance par rapport au Core 2 ? C'est ce que nous allons voir au travers de cette petite review.
nehalem
Ces dernières années ont été très bénéfiques pour Intel, qui a largement dominé les ventes de processeurs face à AMD, montrant quelques signes de faiblesses.
Avec son « ancienne » architecture Core 2, Intel nous a montré son savoir-faire, et nous a réellement surpris, aussi bien par les performances en pratique que par les possibilités d'overclocking.
Le bonheur pour Intel et une période peu agréable au géant AMD, bien que le Phenom soit sorti entre-temps, il n'arrive guère à inquiéter Intel pour les performances. De plus, avec le Bug du « TLB », cela n'a vraiment pas arrangé les choses, rapidement corrigé par un patch, cela a fait diminuer les performances, alors il a fallu faire place à une révision « B3 » pour que ce problème ne soit plus d'actualité. Au final, les performances ne sont pas à la hauteur de ce que l'on pouvait s'attendre, c'est surtout sur le plan tarifaire qu'AMD espère gagner quelques parts du marché. Il faudra donc voir ce que nous proposera AMD dans le futur pour contrer le Nehalem d'Intel, qui risque encore de creuser davantage l'écart.
En attendant, Intel ne se repose pas pour autant sur ses lauriers, et continue son chemin. Après son architecture Core 2, voici son remplaçant, le « Nehalem ». Nouvelle architecture, des changements à la pelle, et des rajouts de fonctionnalités déjà bien connues, essayons de savoir si le Nehalem se révèle être à la hauteur.


Les déclinaisons Nehalem

Dans un premier temps, avant de commencer à se noyer dans les termes techniques, il est préférable de voir ce qu'Intel nous réserve dans ses futures déclinaisons de sa nouvelle architecture Nehalem.
Sous combien de déclinaisons vont apparaitre les Boomfield ? Essayons d'y voir plus clair.
L'offre est séparée en deux catégories, les « desktops » et les « mobiles » comme c'est le cas depuis plusieurs années. Les « desktops » se sont les processeurs pour les ordinateurs de « bureaux » ceux que vous utiliserez pour monter votre nouvelle configuration. Alors que pour les « Mobiles », il s'agit de processeurs normalement destinés aux les ordinateurs portables.
schema-nehalem

Plusieurs sockets ?

Pour l'architecture Core 2, Intel avait mis en place un seul et même socket, il fallait juste une mise à jour du bios pour le support du 45 nm de la carte mère pour la compatibilité avec les déclinaisons qui sont apparues petit à petit. En ce qui concerne le Nehalem, c'est un peu différent, il y aura 2 sockets sur le marché, le LGA 1366 pour le haut de gamme, et le LGA 1156 qui représentera le milieu de gamme et fera son apparition milieu de l'année 2009.

Les Desktops :

Le Bloomfield sera la toute première déclinaison d'Intel utilisant l'architecture Nehalem. Comme à ses habitudes Intel sort en premier le haut de gamme, puis dans un futur proche viendront les prochaines déclinaisons plus abordables. Il s'agit de Quad-Core, le contrôleur mémoire est maintenant intégré dans le processeur, le cache L3 de 8 Mo fait son apparition, compatible aussi avec le Tri-Channel (mémoire sur 3 canaux) en DDR3 1066 MHz. Enfin, il utilisera le socket LGA1366.
Un peu plus tard en 2009, viendra le « Lynnfield », là, on change de socket pour parler du LGA 1156.
Toujours en version Quad-core, le seul changement par rapport Bloomfield, c'est le Tri-Channel qui laissera sa place au profit du Dual-Channel. Cette solution sera donc un peu plus abordable au niveau tarifaire, et devrait théoriquement offrir des performances comparables ou très proches du Bloomfield.
Pour le « Havendale », c'est un peu plus tard qu'il sortira, on parle de fin 2009, début 2010, une date encore bien floue. Cette fois-ci, il s'agit d'un Dual Core et non d'un Quad. La mémoire cache passera de 8 Mo à 4 Mo sur le cache L3, et enfin, il intègrera un GPU directement dans le CPU. Il y aura sans doute d'autres petites modifications, il sera donc bien moins cher.

Mobiles :

Pour les processeurs mobiles, on trouvera deux solutions, qui seront toutes les deux compatibles avec le socket LGA1156. Le « Clarksfield » n'est autre qu'un « Lynnfield » en version mobile, le TDP (Thermal Design Power) est revu à la baisse à 45/55W au lieu de 140W. Pareil pour le « Auburndale » qui est un simple « Havendale » avec les mêmes fonctionnalités, mais un TDP nettement inférieur aussi.


Les déclinaisons du Bloomfield
bloomfield1bloomfield2
Comme nous l'avons vu auparavant, dans un premier temps Intel ne met que le Bloomfield sur le marché. Cette version se décline sous 3 processeurs, d'autres viendront peut-être s'ajouter par la suite.
Le I7-920 est cadencé à 2.66 GHz, le I7-940 à 2.99 GHz, et enfin pour le dernier, le I7-965 sa fréquence de fonctionnement atteint les 3.2 GHz ! Entre toutes ses versions, il y a bien sûr quelques différences autres que la fréquence. Comme ce fût le cas avec les versions "extrême" dans l'architecture Core 2, le Extrême I7-965 a aussi son coefficient débloqué en montée, contrairement aux I7-920 et 940 qui ont le coefficient maximum à 20 et 22. Le deuxième changement concerne la bande passante du QPI, qui passe de 4.8 GT/s à 6.4 GT/s sur la version I7-965.
Autres changements ce sont évidemment les prix de ces trois processeurs qui seront respectivement de 350 €, 600 € et 1100 € environ TTC. Des prix plus élevés que ceux conseillés par Intel, il faudra donc attendre quelques semaines avant que les prix reviennent à la normale, on parlait au départ de 300, 450 et 999 € TTC.
965-origine

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE
Processeur

I7-920

I7-940

I7-EE-965

Fréquence

2.66 GHz

2.99 GHz

3.20 GHz

Nombre de core

4 (8 Thread SMT)

4 (8 Thread SMT)

4 (8 Thread SMT)

Cache L3
8 Mo

8 Mo

8 Mo

Coef/QPI

20/133

22/133

24/133

QPI (Bande passante)

4.8

4.8

6.4

Gravure

45 nm

45 nm

45 nm

Prix

~350 €

~600 €

~1100 €


Maintenant que nous avons vu les déclinaisons disponibles, passons sur les détails de l'architecture, voir où se trouvent les améliorations et les changements.


Quelques détails de l'Architecture Nehalem

Une des principales nouveautés dans cette architecture, c'est le remplacement du FSB par le QPI. Il ne s'agit pas d'un simple changement de nom, mais bien d'une refonte du système.
Sur vos ordinateurs, le FSB est un bus qui fait la liaison de communication entre le processeur et la mémoire vive, jusqu'à maintenant chez Intel il était placé dans le northbridge.
Le principal problème, du moins inconvénient dirons-nous, c'est la bande passante du FSB qui pouvait parfois limiter celle de la mémoire, et qui peut être surchargée lors des transferts.
Alors, pour palier en partie a cette limitation, Intel a augmenté la fréquence de son FSB, passant de 1066 à 1333 puis 1600 MHz sur les dernières cartes mères Core 2.
Mais sur le Nehalem, il n'est plus question de parler de FSB ! Le contrôleur mémoire n'est plus dans le northbridge, mais directement dans le processeur. Cela permet de faire transiter les données plus rapidement, sans être limité par la bande passante.
communication-memoire
La bande passante du QPI est différente au sein même des processeurs Bloomfield. Sur le I7-965, la version Extrême, le QPI atteint 6.4 GT/s, contre tout de même 4.8 GT/s pour le I7-920 et 940.
Il faut aussi prendre en considération que le lien QPI est bidirectionnel. Au final, le I7-965 permet d'avoir une bande passante deux fois plus rapide que le FSB 1600 MHz, on arrive à 25.6 Gb/s contre 12.8 Gb/s. Les transferts de données de la mémoire vont désormais directement vers le CPU.
Mais cette fonctionnalité n'est pas une nouveauté, AMD l'a déjà utilisé bien avant, et même actuellement sur son Phenom par exemple, mais sous un autre nom, l' « Hyper Transport », tout comme pour Intel avec les Xeon et l'Itanium. Elle refait de nouveau surface chez Intel avec le Nehalem.

Après le dual Channel, voici le Tri-Channel

Afin d'augmenter aussi la bande passante de la mémoire vive, Intel a décidé de faire du TRI-Channel, de la mémoire vive sur 3 canaux, au lieu de 2 canaux pour le Dual-Channel. Dans la théorie, cela permet d'atteindre des débits encore plus importants, mais en pratique il faudra vérifier le gain de performance supplémentaire. Ainsi, la plupart des cartes mères commercialisées auront 6 ports de mémoire, voir 3 ou 4 ports, mais elles seront un peu plus rares.
Comme on est en plein discours sur la mémoire vive, faisons un point sur la tension. Si certaines cartes mères disposaient un autocollant sur ses ports mémoires, signalant que l'utilisation d'une tension mémoire supérieure à 1.6V pouvait endommager le processeur, cela ne pose plus de problème sur les versions actuelles. Il sera possible d'utiliser des barrettes mémoires ayant une tension certifiée au-dessus des 1.6V.
Pour les kits mémoires, c'est une pluie d'annonces. Les différents constructeurs sont bien sûr au rendez-vous et nous présentent leurs futurs kits mémoires, tel que Corsair, Gskill, A-Data, OCZ et on pourrait en citer plusieurs autres. Mais qu'ont-ils de différent ces nouveaux kits ? Ce qu'ils apportent de plus, tout simplement l'utilisation du Tri-Channel en 3 x 2 Go ou 3 X 1 Go ou bien plus encore en quantité.
Pour faire le test du Nehalem, nous avons reçu le kit Corsair 3 x 2 Go en PC-16000, affichant des timings de 8.8.8.24 pour 1.65V. Mais nous reviendrons en détail dans un prochain article complet sur cette mémoire.

SMT, ou plus couramment appelé « Hyper Threading »

Voici une autre apparition sur le Nehalem, nous n'appellerons pas cela une nouveauté, puisque le SMT, qui est plus connu sous le nom de « Hyper Threading » a été utilisé pour la première fois sur le Pentium 4 et les Xeon. Depuis, Intel a abandonné cette fonction sur son architecture Core 2, mais elle revient sur le devant de la scène.
smt
Pour expliquer de la façon la plus simple, le SMT consiste à faire fonctionner 2 Threads simultanément par core, en émulant un core logique. (Étant donné les 4 cores physiques d'un Quad, il y aura 8 cores logiques). Cela permet de partager les instructions sur plusieurs cores logiques, au lieu d'accéder aux requêtes l'une après l'autre, le SMT permet d'accéder à deux requêtes simultanément par core.
En théorie, tout comme dans la pratique, cela a montré des gains de rapidité surtout dans les logiciels multimédias, mais sous certains logiciels cela pouvait aussi causer des ralentissements.

Le Cache L3 fait son apparition

En plus de la mémoire cache L1 et L2, le L3 (3e cache) fait son entrée, avec une capacité de 8 Mo, elle sera partagée entre les 4 cores du Quad. Contrairement au Cache L1 et L2 qui sont directement dans les cores, avec un total de 128 Kb et 1 Mo. (32kb et 256 kb par core).
cache2
Le fonctionnement de la mémoire cache, comme son nom l'indique, consiste à stocker les informations d'une autre mémoire plus lente, dans le but d'optimiser les temps d'accès, puisque la mémoire cache est plus rapide.
uncore
L'architecture du Bloomfield est en quelque sorte divisée en deux parties. Dans la partie core, on a les 4 cores physiques du Quad, ainsi que leur mémoire cache L1 et L2 qu'ils possèdent chacun.
Le cache L3 se partage entre les 4 cores, tout comme le QPI, IMC..., ils se situent dans la partie Uncore, les deux parties communiquent donc ensemble.
En plus de ces changements apportés à cette architecture, c'est l'arrivée du jeu d'instruction SSE 4.2 au lieu du 4.1 sur les Core 2. Il s'agit d'instructions visant à améliorer l'usage multimédia.
Il y a aussi le mode « Turbo », une fonctionnalité déjà implantée pour les ordinateurs portables. Il consiste à augmenter légèrement les fréquences des cores lors de fortes charges sous des logiciels ne tirant pas profit du Multi-core, ce qui devrait en théorie augmenter un petit peu les performances.
D'ailleurs, on peut vérifier que cette fonctionnalité est bien activée, car lorsque nous avons effectué les tests du SuperPI à la fréquence d'origine, le coefficient d'origine bloqué à 20 est passé à 21, ce qui augmente par « défaut » la fréquence de fonctionnement du processeur de 133 MHz. Cela devrait donc apporter un petit gain de performance supplémentaire, toujours bon à prendre.
Des changements et des nouveautés, il y en a eu plein, qui se cachent sous des noms assez complexes, surtout dans le domaine des « Instructions ». Nous avons donc fait un point juste sur les principaux thèmes de cette architecture, chose qui a déjà été faite plus en détail depuis maintenant quelques jours sur divers sites. Ce qui vous intéresse le plus à l'heure actuellement, c'est surtout l'overclocking et les performances du Bloomfield !


La configuration X58 d'Intel

Nous ne nous attarderons pas très longtemps sur la carte mère de référence Intel. Pourquoi ?
Parcer que la carte mère Intel de test se veut très classique, ne se démarquant guère par rapport à ce que feront les autres constructeurs comme Asus, MSI, Gigabyte ou encore DFI. En effet, plusieurs petites fonctions viendront s'ajouter sur les autres modèles, bouton reset, afficheur des codes d'erreurs sur un petit LCD, l'overclocking via une télécommande (cf. carte mère Asus) et on en passe.
mobo-intel1
La carte mère utilise donc le chipset X58, contrairement à ce que l'on a pu apercevoir sur les autres cartes mères, le système de refroidissement est moins imposant. L'étage d'alimentation est refroidi par deux radiateurs d'aluminium, le radiateur couvrant le chipet Northbrige est légèrement plus haut, et celui du southbrige nettement plus petit.
mobo-intel2mobo-intel8
Le refroidissement n'est pas entièrement passif, un petit ventilateur 40 mm à led bleue vient directement se positionner sur le radiateur northbrige. Signalons que lors de nos tests et même en overclocking, le chipset northbrige ne chauffait presque pas.
mobo-intel3mobo-intel3bis
La carte mère dispose de 2 ports PCI Express câblés en 16x (2 x 16X) compatible SLI avec les derniers drivers Forceware de NVidia, et Crossfire d'ATI. Une bonne nouvelle pour les utilisateurs de système graphique multiGPU, NVidia a revu sa politique commerciale à propos de son SLI et de l'utilisation sur les cartes mères. Le chipset X58 est compatible nativement avec le SLI, mais pour permettre le droit de fonctionnement les marques doivent acheter une License SLI, qui coute 5 $ par carte mère.
Ce supplément de 5 $ n'augmentera pas de grande chose le prix final de la carte mère, et cela permet d'avoir plus facilement l'accès au SLI ! Une bonne chose. Autres connecteurs, les deux PCI-E 2x, et un port 4X, le bus PCI-32 bits est toujours d'actualité.
mobo-intel4mobo-intel5
On dispose de 4 ports DIMM compatibles avec la DDR3 1066 MHz supportant le Tri-Channel sur les 3 canaux de couleur bleue. Le socket LGA1366 est plus large que l'ancien 775, il mesure 43 x 45mm contre 38 x 38mm.
Comme vous vous en doutez, les trous de fixation pour l'emplacement du refroidissement CPU sont plus éloignés. Noctua pour sa part offre gratuitement le système de fixation LGA1366 de ses radiateurs pour les acheteurs ayant acquis un radiateur de la marque, un geste fort sympathique.
Pour les autres marques, soit ils sortiront de nouveaux modèles de radiateurs, ou alors ils proposeront en vente le nouveau système de fixation, ou peut-être bien qu'ils feront comme Noctua qui l'offre gratuitement, à voir.
mobo-intel6
Le contrôleur Southbridge ICH10(R) n'est pas une nouvelle révision, on le retrouve aussi sur les cartes mères P45 d'Intel. Il permet de gérer nativement 6 ports S-ATA, et également le RAID dans la version « R ».
On note l'absence des connecteurs floppy et UDMA sur cette version, néanmoins, ils seront toujours présents sur la plupart des autres modèles de cartes mères équipées du X58. Il faudra bien passer au S-ATA un jour ou l'autre... Toujours chez les absents, on peut voir que les ports PS/2 dans la connectique IO ont disparu, et laissent place au port USB au nombre de 8. Il y aussi le port RJ45 compatible 10/100 et 1000 Mbits, deux ports FireWire, et les habituelles sorties audio avec la présence d'une sortie optique.


L'overclocking

Nous voila dans le vif du sujet, le plus intéressant avec les performances bien sûr ! Avant de parler des résultats d'overclocking, allons faire un petit tour dans le bios afin de voir les options d'overclocking sur la carte mère X58.
bios1
Tout comme ses fonctionnalités très classiques, le bios ne change guère la donne, puisque l'on trouve le strict minimum des fonctions d'overclocking. Ci-dessus, voici la page principale, où une bonne partie des informations du système sont inscrites, fréquence du CPU, mémoires, capacité des mémoires cache...
Pour avoir accès aux paramètres d'overclocking il faudra dans un premier temps confirmer l'accès à la section « performances », c'est ici ou vous trouverez votre bonheur ! À la suite de cela, on tombe directement sur la page pour modifier la fréquence du QPI. On trouve 3 autres sections :
« processor overrides », « configuration mémoire » et « bus overrides ».
bios2
Dans "Processor overrides", où on peut accéder aux tensions du processeur, vous aurez le choix entre un voltage statique, ce qui signifie que le voltage sera fixe, ou au voltage dynamique. Ce dernier permet comme son nom le laisse indiquer d'ajuster la tension du processeur en fonction de la charge émise sur ce dernier.
Toujours dans la même page, on peut changer le coefficient multiplicateur, en ce qui concerne l'I7-965, la version extrême donc, le coefficient est débloqué et peut être augmenté. Alors que sur le I7-920 et 940 le coefficient est bloqué au maximum à 20 et 22. Ce qui permet d'atteindre des overclockings beaucoup plus élevés sur la version Extrême, mais le prix d'achat n'est pas le même.
bios3
Pour les configurations mémoires rien de bien nouveau, le rapport QPI : Mémoire est donc de 4, 6 8 ou 12 ! (2 :12...), contre 2:8 et 2 :10 Pour les versions I-920 et I940. On retrouve tous les timings nécessaires pour bien paramétrer sa mémoire vive, ainsi que le voltage.
bios4
Et voici la dernière partie d'overclocking du bios Intel, c'est la partie « Bus overrides », qui donne l'accès au voltage du QPI, et de l'IOH, ainsi que les fréquences PCI et PCI Express.


L'overclocking, un des points forts du Bloomfield

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le Bloomfield aime bien l'overclocking, tout comme c'est le cas des processeurs exploitant l'architecture Core 2.
cpu-z 4405Mhz
L'I7-965 est monté jusqu'à 4.2 GHz de manière très simple, petite augmentation des coefficients multiplicateurs et de la fréquence du QPI avec une tension d'environ 1.4 et cela passe sans aucun problème. À partir de 4.3 GHz et de plusieurs écrans bleus, le CPU demande un peu plus de tension, et nous ne nous sommes pas arrêtés en si bon chemin, on pousse le vcore cette fois-ci à 1.5 ! Et nous avons atteint sans grande difficulté les 4.4 GHz de manière stable ! Le coefficient multiplicateur est donc à 27, et le QPI à 163. Avec un rapport mémoire à 2:10, nous n'avons pas pu pousser la mémoire, non pas parce qu'elle ne s'overclocke pas, mais parce que le bios de l'Intel X58 était un peu instable à plusieurs reprises surtout dans les paramètres mémoires. Le bios encore en version « Beta » sur notre sample de test, pourrait expliquer en partie les problèmes rencontrés. En espérant que cela soit rapidement corrigé dans les versions « finales » qui seront disponibles dans le commerce.
Sous cette fréquence de 4400 MHz, nous avons réalisé le SuperPI 1 Mo en 9.5 secondes ! Ce qui est plutôt très bon, quand on regarde les dual core E8600 (par exemple), pour espérer atteindre les 9.5 secondes, il faut tabler sur du 5 GHz !
Une fois le I7-965 à 4.4 GHz il faudra avoir de préférence un bon refroidissement, pour nos tests nous avons utilisé le Thermalright Ultra 120, qui était fourni par Intel. Ce refroidissement Thermalright très connu et reconnu pour ses performances, a permis de tenir de telle fréquence, en full, le processeur dépassait de peu les 80 degrés .
4.4ghz-superpi
Le I7-920 s'overclocke tout aussi bien, si on résume le I7-965, il prend environ 1200 MHz de plus par rapport à sa fréquence d'origine, qui est de 3.2 GHz. On revient au même rapport d'overclocking sur l'I7-920, puisqu'on atteint aussi les + 1.2 GHz... Pour au final être à la fréquence de 3.8 GHz entièrement stable sous une tension de 1.52V !
Lors du test de SuperPI, le mode turbo s'active pour augmenter le coef à 21 au lieu de 20, ce qui permet de faire grimper la fréquence de fonctionnement de 200 MHz, et c'est toujours stable.
I920-a-4ghz
4 GHz pour l'I7-920, c'est plutôt assez bon comme résultat, surtout pour un Quad-Core. Tout comme son grand frère, lorsqu'ils sont overclockés les températures montent très vite pour arriver à pas moins de 80 ° aussi en full, avec le même refroidissement Tr Ultra 120.
superpi-max
Avec le I7-920 il sera entièrement possible d'accéder à un temps inférieur à 10 secondes en optimisant correctement les timings et la fréquence mémoire et quelques MHz de plus sur le processeur. Bref, dans les jours à venir plusieurs records vont tomber sur le SuperPI 1 Mo avec l'I7-965 !
Pour le plus grand plaisir des overclockeurs qui vont se réjouir !


Les performances

Pour bien se rendre compte des performances de ces petites bêtes que sont les I7-920 et 965, il aurait fallu inclure un Quad core de l'ancienne génération, tel que le QX9775. Malheureusement, nous n'avions pas en notre possession ce processeur, nous avons donc fait le test avec l'E8400. Néanmoins, vous aurez un aperçu de ce que les Bloomfield peuvent offrir.

Configuration de test Nehalem

  • Chipset: Intel X58
  • CPU: I7-920 et 965
  • Ventirad: Thermalright Ultra 120
  • RAM: Corsair 3 x 2 Go PC16000
  • HDD: SSD Intel 80 Go
  • GPU: GTX280 Gainward
  • PSU: Corsair TX-750W

Configuration de test Core2Duo


  • Chipset: DFI P35 DK T2RS
  • CPU: E8400
  • Ventirad: Thermalright IFX14
  • RAM: 2 x 2 Go Corsair PC8500
  • HDD: Raptor 74 Go
  • GPU: GTX280 Gainward
  • PSU: Coolermaster 1000W

Les Tests synthétiques

nehalem benchmarks synthetiques
La suite de benchmarks 3Dmark tire plutôt bien profit des quad core qui ont des scores nettement plus élevés. Dans un premier temps, avant de lancer le test, nous avons pris soin de bien désactiver « l'accélération Physx » proposée dans les drivers NVidia, sinon lors des tests CPU le GPU aurait pris aussi en charge les calculs, ce qui « fausserait » les scores. Sous 3D Mark 2006, les deux processeurs Bloomfield font deux fois mieux que le score du E8400, sur Vantage l'écart se creuse encore plus, et la barre des 20.000 points est largement dépassée.

Cette fois-ci sur le logiciel de rendu, nous pouvons faire le test avec un seul core, et on peut voir que l'I7-920 cadencé d'origine à 2.66 GHz arrive à dépasser l'E8400 qui lui fonctionne à 3 GHz. À fréquence égale, le Bloomfield apporte une nette amélioration, que l'on peut voir dans ce test utilisant un seul core. En mode MultiCPU, l'hyper Threading tout comme les 4 cores du Quad apporte une bonne augmentation dans les performances du Bloomfiel, ce qui lui permet d'atteindre 16.000 points et presque 19.000 points, et une fois overclocker les deux Bloomfield dépassent les 20.000 points !

nehalem-benchmarks-applications

Nous avons voulu vérifier si concrètement les bonnes performances sous les benchmarks se ressentent aussi dans l'utilisation courante de logiciel simple comme « Winrar » jusqu'à Photoshop CS3 qui sert à la retouche de photographie. Sous winrar, la compression est 2,5 x plus rapide avec les Bloomfield. Pour le rendu de Photoshop, qui consistait à appliquer un filtre « flou radial de 25, de haute qualité, le tout sur une image d'une résolution de 9000x9000 en BMP, c'est sans surprise que les Quad tirent leur épingle du jeu et affichent des performances assez impressionnantes !

Et les jeux dans tout cela ?

Dans notre panel, nous avons sélectionné 3 jeux assez connus, avec Crysis Warhead, Lost In Planet, et enfin World In Conflict, qui intègrent pour les deux derniers jeux cités un système de benchmark. C'est seulement pour Crysis Warhead où nous avons dû utiliser un logiciel de benchmark créé spécialement pour ce jeu, disponible sur internet. Les tests se sont déroulés dans une résolution quotidienne pour réellement voir si une différence s'installe entre les processeurs.

  • Crysis Warhead DX10 : 1680*1050 Détails "Ultra ", en FSAA 2X
  • World In Conflict : 1680*1050 Détails "maximum ", FSAA 16X et AA 16X
  • Lost In Planet DX10(moyenne du test Snow et Cave) : 1600x1000 (démo ne prend pas en charge le format wide), détails au maximum, FSAA 16X et AA 16X
nehalem-test-jeux1
Que cela soit crysis ou Lost In Planet, le CPU n'est pas un facteur limitant, même avec l'overclocking qui est tout de même important, nous ne gagnons même pas 1 fps de plus en moyenne, les fps mini n'ont pas non plus augmenté de beaucoup. On peut voir que l'overclocking du Dual Core E8400 à permis de gagner 4 FPS en moyenne sous Lost In Planet, le reste ne bouge pas.
nehalem-test-jeux2
Sous World In Conflict, on peut voir un léger gain avec les Bloomfield dans les FPS minimum, 2 fps de plus pour le I920, jusqu'à 5 à 6 FPS de plus pour le I7-965. Dans les FPS moyens on gagne 1 à 2 FPS par rapport au E8400 pas de quoi créer un bouleversement... les FPS maximums ne changent pas, limitation des images par seconde. Quant à l'overclocking il permet en moyenne un gain de 5 FPS quelque soit le processeur de notre banc de test.
On voit que le CPU n'est pas un facteur de limitation des performances dans les jeux d'aujourd'hui dans les conditions auquelles on joue tous les jours. C'est maintenant aux constructeurs de cartes graphiques de vraiment mettre tout le paquet pour nous proposer des performances bien plus élevées dans les jeux. Reste tout de même à voir ce que peut apporter le Bloomfield sur des jeux tirant bien profit des processeurs comme les flight Simulator par exemple.

Conclusion

Attendu depuis maintenant longtemps, le Bloomfield ne déçoit vraiment pas ! Comme on pouvait s'y attendre au vue de l'orientation de son architecture, très orientée pour le rendu et le calcul, avec par exemple le retour du SMT (Hyper Threading) ou encore le contrôleur mémoire intégré au sein même du processeur pour augmenter la bande passante entre la mémoire vive et le processeur. Les performances sont donc bien au rendez-vous, comme tout Quad-core, il donne d'excellents résultats sur les logiciels de rendu, retouche photo ou tout autre logiciel de benchmark dans ce domaine. A fréquence inférieure, le I7-920 arrive à faire aussi bien que le E8400 qui est cadencé 400 MHz de plus dans un benchmark n'utilisant qu'un seul core pour le rendu. L'architecture tire donc tout le potentiel des différentes innovations et changements intégrés par Intel, qui permet des performances à la hauteur.
plateforme-de-test
Bref, vous l'aurez compris, le Bloomfield se révèle être un très bon processeur ! De plus, outre ses performances, il s'overclocke très facilement, pas moins de 4.4 GHz pour le I7-965 et 3.8GHz pour le I7-920, ils en ont dans le ventre et ne vont pas vous décevoir. On risque de voir beaucoup d'annonces sur des records avec les Bloomfield sur des benchmarks comme SuperPI ou même encore 3Dmark et nous en passons...
Dans les jeux, pas de réelle surprise, on s'y attendait un peu, avec de la logique on peut déjà s'apercevoir qu'un dual core au-delà des 3 GHz n'est vraiment pas un facteur limitant dans les jeux, dans les conditions de tous les jours. Sur trois jeux testés, c'est seulement sur Word In Conflict, ou l'on peut apercevoir un léger gain de performance entre l'E8400 et les Bloomfield.

Alors faut- il changer sa configuration ? Pour notre avis, si vous possédez encore un E8xxx et que vous utilisez votre ordinateur seulement pour un usage jeux vidéo, il serait plus sage d'attendre encore un peu, vous ne verrez pas de différence significative pour vraiment justifier le changement. Par contre pour les mordus de rendu 3D, calcul, ou retouche de vidéo ou de photos, le gain fourni par les Bloomfield est très bon ! Il faudrait comparer avec un Quad core d'ancienne génération pour bien s'en rendre compte, mais le Bloomfield devrait vous satisfaire!
Pour les overclockeurs le Bloomfield donnera tout ce qu'il a pour vous offrir ses excellentes prestations dans les benchmarks et vous permettra de décrocher de très bons scores... Mais la facture est assez salée!
Il faudra compter en moyenne 800€, voir un peu moins cher, pour un kit carte mère X58, I7-920 et un kit de DDR3. Quant à l'I7-965, il sera réservé à une petite élite, prête à dépenser 1100 € dans un processeur !
Et AMD dans tout cela ? Jusqu'à maintenant le constructeur n'a rien annoncé comme produit qui pourrait venir concurrencer le Bloomfield, alors qu'il a des difficultés à faire jeu égal avec les core 2 d'Intel avec son Phenom.

AMD doit fournir beaucoup d'effort s'il veut revenir dans la course aux performances, en attendant Intel n'a aucun soucis à se faire, et enfonce le clou avec le Bloomfield, qui vient surpasser tout ce qui se faisait avant.

Nous tenons à remercier Intel pour le prêt de la configuration de test Nehalem, ainsi que la marque Corsair pour le kit Dominator 3 x 2Go PC16000.

Commentaires (1)

Flux RSS pour les commentaires
Affichez les commentaires
...
x00x
Dommage pour le beta bios, on aurait bien esperé un bench sur les fréquences mémoires et de savoir ainsi si le fait que le controleur memoire soit integré dans le processeur joue un facteur limitant pour la bande passante..

Quoiqu'il en soi, Un tres bon article qui nous laisse bien entrevoir de belles choses sur le X58 et les i7 séries d'Intel.

"GG" à Julien Arrachart.smilies/wink.gif
x00x , 03 novembre, 2008

Écrivez un commentaire


busy
 

Articles

Test Danger Den Double Wide Tower - 21 Black Series Edition

Test Danger Den Double Wide Tower - 21 Black Series Edition

Aujourd'hui nous allons tester le boîtier Danger Den Double Wide Tower...

Lire la suite

Test Asus Sabertooth X58

Test Asus Sabertooth X58

Asus que l’on ne présente plus, met à jour sa gamme...

Lire la suite

GOOC 2010 France : La Finale !

GOOC 2010 France : La Finale !

C'est la finale du GOOC 2010 France. Et c'est parti ! Notre...

Lire la suite
HitParade